Les restes supposés de Sanakht, un pharaon de l’Egypte ancienne, peut être le plus ancien géant « célèbre » recenser selon une nouvelle étude.

Les mythes en tous genres abondent en histoires de géants, des géants enterrés dans les tumulus jusqu’aux dieux anciens comme les titans.. Cependant, les géants ne sont pas issus de l’imaginaire; une croissance accélérée et excessive est une maladie nommée gigantisme. Elle peut se produire lorsque le corps génère trop d’hormones de croissance. Cela se produit généralement du fait d’un dysfonctionnement de la glande pituitaire du cerveau.

Dans le cadre de recherches en cours sur les restes de la momie, les scientifiques ont enquêté sur un squelette trouvé en 1901 dans une tombe près de Beit Khallaf en Egypte. Des recherches antérieures ont estimé que les os dataient de la troisième dynastie de l’Egypte, environ 2700 av. j.-c.

Les travaux antérieurs ont suggéré que le squelette de l’homme mesurerait près de 2 mètres et serait peut-être Sa-nakht, un pharaon de la troisième dynastie. Une recherche antérieure sur les momies égyptiennes antiques avait évoquée que la taille moyenne des hommes de cette période était d’environ 1.70 m, a déclaré Michael Habicht égyptologue, et co-auteur de l’étude.

Les anciens rois égyptiens étaient probablement mieux nourris et en meilleure condition que le peuple, de sorte qu’ils pouvaient prétendre à grandir par delà la moyenne générale. Pourtant, le plus grand restait Ramsès II qui est arrivé 1000 ans après Sa-nakth mais qui ne mesurait que 1,75 m. Cette thèse est donc toute relative.

Dans la nouvelle étude, Habicht et ses collègues ont réanalysé le crane et les os de Sa-nakht. Les os longs du squelette ont montré une « croissance anormale », qui sont des « signes clairs de gigantisme ».

Ces résultats suggèrent que ce pharaon était probablement atteint de gigantisme, ce qui en fait le plus ancien cas connu selon les chercheurs. Aucune autre ancienne famille royale égyptienne n’était connue pour avoir des géants dans ses rangs.